Actualités

ANSIE : Formation en Cybersécurité Protéger les administrations, les infrastructures stratégiques et les citoyens (28/05/2017, La Nation)

L’atelier de formation sur la cybersécurité organisé par l’Agence nationale des systèmes d’informations de l’Etat (ANSIE) en partenariat avec le centre régional arabe de cyber sécurité (ITU-ARCC) et Djibouti Telecom s’est achevé jeudi dernier au Palais du peuple. Le Secrétaire général du Gouvernement, M. Mohamed Hassan Abdillahi, a procédé à la clôture de l’évènement.

« J’ai pris conscience des risques et des menaces mais aussi des moyens pour les contrecarrer ». « Cette formation ne pouvait mieux tomber, le moment était le mieux indiqué pour prendre connaissance des failles de sécurités et des vulnérabilités et surtout d’identifier et mettre en œuvre les solutions idoines. « J’ai acquis des connaissances et des compétences nouvelles qui n’étaient pas nécessairement dans mon cahier de charge professionnelle». « C’est fantastique, ces deux semaines ont été très fructueuses ». « Je remercie infiniment l’ANSIE et les partenaires qui ont permis cette formation, j’aimerais tellement en suivre d’autres du même acabit »…

Les participants ne tarissaient pas de formules élogieuses voire dithyrambiques pour qualifier cette formation dont ils ont dit le plus grand bien. Et pour cause, durant les deux semaines allant du 14 mai au 25 mai 2017, plus de 50 fonctionnaires de l’État spécialistes des systèmes informatiques des administrations publiques ont pu, d’une part, acquérir une vision et une connaissance pratique des processus « modernes » de piratages informatiques, afin de cerner les stratégies des « hackers » (pirates) et d’autre part, conduire des analyses de failles et de vulnérabilités des actifs informationnels dans une organisation publique.

Dans la peau des hackers. Durant la première semaine, l’immersion dans l’esprit et les pratiques des hackers a été une démarche révolutionnaire basée sur la pratique. Elle a permis aux informaticiens de l’État de mieux se prémunir d’un ennemi redoutable. Aussi, la vigilance a été au cœur de la première session de la formation et l’expert formateur a mis l’accent sur la sensibilisation des administrations sur les risques d’attaques informatiques afin de mieux les prévenir, les détecter et les contrôler.

Dans un second temps, des analyses de failles et de vulnérabilités ont été conduites afin de tester la réactivité face à une attaque informatique. Mais la réactivité s’est avérée insuffisante et une réelle proactivité, avec une veille continuelle des technologies, et une connaissance en temps réel des potentielles vulnérabilités des actifs informationnels au sein d’une organisation s’est révélée indispensable.

En somme, les deux semaines de mobilisation de connaissances et d’acquisition de nouvelles compétences informatiques ont énormément bénéficié aux gestionnaires des patrimoines numériques de l’administration publique.

Veille permanente. Les participants ont souligné la qualité de la formation et exprimé le souhait que l’ANSIE en organise d’autres à l’avenir. Une requête qui a mis en lumière la pertinence et l’opportunité de cette formation qui a permis entre autres « de révéler les failles et les vulnérabilités des systèmes informatiques et d’envisager les contremesures ainsi que les ripostes nécessaires pour contrer les menaces de cyber attaques » selon les uns et les autres qui ont mis l’accent sur les nombreux bénéfices et avantages de ces deux semaines.

Pour l’expert formateur, M. Tarek Mohamed, cette double session de formation n’était qu’un moment d’initiation qu’il faudrait nécessairement compléter avec une auto-formation et améliorer par une constante recherche personnelle et des initiatives individuelles voire collectives.

Dans son mot de fin, le Secrétaire général du Gouvernement, M. Mohamed Hassan Abdillahi, a fortement mis en lumière la menace sécuritaire qui va crescendo avec l’introduction des technologies de l’information et de la communication dans le but de moderniser les services publics. Le rappel lui a valu de souligner les efforts du gouvernement qui tient « à renforcer, à hauteur des enjeux, les moyens de sécurité pour protéger nos administrations, nos infrastructures stratégiques mais aussi et surtout nos citoyens.»

Il a conclu en confirmant que d’autres actions de formation seraient organisées pour « permettre aux cadres et agents de l’Etat mais aussi du secteur privé d’assurer une meilleure veille, et une connaissance permanente des problématiques liées à la sécurité des systèmes d’information ».

À l’issue des interventions officielles, les participants ont reçu des mains du Secrétaire général du Gouvernement et des Directeurs généraux de l’ANSIE et de Djibouti Télécom des attestations de formation.